Enssib  - École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

École Nationale Supérieure
des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

Et les réseaux sauveront le monde... ? : essai sur l'idéologie réticulaire / Simon Borel

LivresAuteur principal: Borel, Simon, Auteur Langue: français.Éditeur : Lormont (Gironde) : le Bord de l'eau, impr. 2014, cop. 2014Description : 1 vol. (322 p.) ; 22 cmISBN: 978-2-35687-3491.Collection : La bibliothèque du MAUSS, 2426-234XA pour autre édition sur un support différent : L'axiomatique des réseaux, Ressource électronique, entre réalités sociales et impensés éthico-politiques, Simon Borel, [S.l.], [s.n.], 2013Note de thèse: Texte remanié de, Thèse de doctorat, Sociologie, Paris 10, 2013Résumé : La 4ème de couv. indique : " À entendre les discours aujourd’hui dominants, le monde serait désormais tout entier constitué de réseaux. Très bientôt, nous fait-on entendre, il sera devenu pleinement virtuel, connecté, transparent et horizontal. Seule ce qu’il est permis d’appeler une axiomatique des réseaux permettrait d’en rendre compte. Cette axiomatique traverse aussi bien les sciences sociales (avec Manuel Castells, Mark Granovetter ou Bruno Latour en figures de proue) que les discours militants apologétiques (Pierre Lévy, Michael Hardt, Toni Negri, Yann Moulier-Boutang, etc.) ou critiques (Zygmunt Bauman, Philippe Breton, Paul Virilio, etc.). En dépit de leur divergences, ces approches s’accordent à penser qu’est en train de naître, voire qu’est déjà née une très grande société-monde, virtuelle, dans laquelle les relations sociales immédiates, instantanées et à distance priment définitivement sur le face-à-face de la socialité primaire (famille, amis, voisinage) et sur les appareils de la socialité secondaire (État, marché). Est-ce bien le cas ? Comment arbitrer entre le prophétisme et le catastrophisme des réseaux ? Sauveront-ils ou détruisent-ils le monde ? Ce livre, qui présente une typologie systématique des discours du réseau, analyse leur genèse et leurs impensés éthiques et politiques, en interrogeant les possibles que la Très grande société monde réticulaire ouvre (ou ferme) au don, à la gratuité et à la démocratie."Sujet - Nom commun: Internet | Réseaux sociaux (Internet) | Individualisme | Émancipation | Aliénation (philosophie) Voir dans le SUDOC
Holdings
Item type Current library Collection Shelving location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt normal Enssib
Papier Pôle Savoirs 301 INT b (Browse shelf(Opens below)) Available 8581348
Total holds: 0

Bibliogr. p. [297]-322. Notes bibliogr.

Texte remanié de Thèse de doctorat Sociologie Paris 10 2013

La 4ème de couv. indique : " À entendre les discours aujourd’hui dominants, le monde serait désormais tout entier constitué de réseaux. Très bientôt, nous fait-on entendre, il sera devenu pleinement virtuel, connecté, transparent et horizontal. Seule ce qu’il est permis d’appeler une axiomatique des réseaux permettrait d’en rendre compte. Cette axiomatique traverse aussi bien les sciences sociales (avec Manuel Castells, Mark Granovetter ou Bruno Latour en figures de proue) que les discours militants apologétiques (Pierre Lévy, Michael Hardt, Toni Negri, Yann Moulier-Boutang, etc.) ou critiques (Zygmunt Bauman, Philippe Breton, Paul Virilio, etc.). En dépit de leur divergences, ces approches s’accordent à penser qu’est en train de naître, voire qu’est déjà née une très grande société-monde, virtuelle, dans laquelle les relations sociales immédiates, instantanées et à distance priment définitivement sur le face-à-face de la socialité primaire (famille, amis, voisinage) et sur les appareils de la socialité secondaire (État, marché). Est-ce bien le cas ? Comment arbitrer entre le prophétisme et le catastrophisme des réseaux ? Sauveront-ils ou détruisent-ils le monde ? Ce livre, qui présente une typologie systématique des discours du réseau, analyse leur genèse et leurs impensés éthiques et politiques, en interrogeant les possibles que la Très grande société monde réticulaire ouvre (ou ferme) au don, à la gratuité et à la démocratie."

Introduction. Le réseau comme fait social total lourd de contradictions. Le devenir réseau des sociétés ? Les réseaux entre renaissance, recomposition et déconstruction du lien social. Première partie L'axiomatique des réseaux. I-Naissance de la postmodernité réticulaire. Chapitre 1 Une nouvelle morphologie sociale : la "société en réseau" (Manuel Castells). Chapitre 2 Entre le local et le global, les réseaux. Chapitre 3 La force des "liens faibles" et "la théorie de l'acteur-réseau". II-Où les réseaux sauveront le monde. Chapitre 4 Les évangélistes des réseaux vers la transparence planétaire. Chapitre 5 La démocratie en réseau : vers une société civile mondiale interconnectée. Chapitre 6 Le néocommunisme des multitudes concernées. III-Où les réseaux détruisent le monde. Chapitre 7 Les réseaux : entre dissolution du lien social et nouvelles inégalités sociales. Chapitre 8 Constructivisme identitaire et désubjectivation/désymbolisation. Chapitre 9 Les réseaux ou l'accélération de la crise démocratique. Deuxième partie Le statut de la société virtuelle. IV-Radicalisation, renaissance ou dégénerescence du don ?. Chapitre 10 Dépassement de la socialité primaire et du don. Chapitre 11 Enrichissement de la sociabilité primaire et du don. Chapitre 12 Destruction de la sociabilité primaire et du don. V-L'individu réticulaire : sujet incertain de la démocratie. Chapitre 13 Les réseaux moyen absolu de la reconnaissance. Chapitre 14 La lutte pour la reconnaissance réticulaire. Chapitre 15 Le panoptique inversé ou les nouvelles tyrannies de reconnaissance virtuelle. Conclusion L'idéologie des réseaux et la socialité virtuelle entre esprit du don et parcellitarisme.

There are no comments on this title.

to post a comment.