Enssib  - École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

École Nationale Supérieure
des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

Normal view MARC view ISBD view

Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle / Pierre Dardot et Christian Laval

Type de document : LivresAuteur principal: Dardot, Pierre, 1952-...., Auteur Co-auteur: Laval, Christian, 1953-...., sociologue, Auteur Langue: français.Éditeur : Paris : la Découverte, DL 2014Description : 1 vol. (592 p.) ; 24 cmISBN: 978-2-7071-6938-9.Résumé: La 4e de couv. indique : "Partout dans le monde, des mouvements contestent l'appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le commun. Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s'impose aujourd'hui comme le terme central de l'alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l'écologie politique par la revendication des "communs" contre les nouvelles formes d'appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis. Cette émergence du commun dans l'action appelle un travail de clarification dans la pensée. Le sens actuel du commun se distingue des nombreux usages passés de cette notion, qu'ils soient philosophiques, juridiques ou théologiques : bien suprême de la cité, universalité d'essence, propriété inhérente à certaines choses, quand ce n'est pas la fin poursuivie par la création divine. Mais il est un autre fil qui rattache le commun, non à l'essence des hommes ou à la nature des choses, mais à l'activité des hommes eux-mêmes : seule une pratique de mise en commun peut décider de ce qui est "commun", réserver certaines choses à l'usage commun, produire les règles capables d'obliger les hommes. En ce sens, le commun appelle à une nouvelle institution de la société par elle-même : une révolution"Sujet - Nom commun: Bien commun -- Aspect politique 21e siècle | État providence 21e siècle | Révolutions 21e siècle | Intérêt général | Choses communes (droit) | Capitalisme Aspect social Voir dans le SUDOC
Item type Current location Collection Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt normal Enssib
Pôle Savoirs
Papier 320 POL d (Browse shelf) Checked out 06/11/2020 8556780
Total holds: 0

Notes bibliogr. Index

La 4e de couv. indique : "Partout dans le monde, des mouvements contestent l'appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le commun. Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s'impose aujourd'hui comme le terme central de l'alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l'écologie politique par la revendication des "communs" contre les nouvelles formes d'appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis. Cette émergence du commun dans l'action appelle un travail de clarification dans la pensée. Le sens actuel du commun se distingue des nombreux usages passés de cette notion, qu'ils soient philosophiques, juridiques ou théologiques : bien suprême de la cité, universalité d'essence, propriété inhérente à certaines choses, quand ce n'est pas la fin poursuivie par la création divine. Mais il est un autre fil qui rattache le commun, non à l'essence des hommes ou à la nature des choses, mais à l'activité des hommes eux-mêmes : seule une pratique de mise en commun peut décider de ce qui est "commun", réserver certaines choses à l'usage commun, produire les règles capables d'obliger les hommes. En ce sens, le commun appelle à une nouvelle institution de la société par elle-même : une révolution"

P.21 Chapitre 1, Archéologie du commun P.58 Première partie, L'émergence du commun P.59 Chapitre 2, L'hypothèse communiste, ou le communisme contre le commun P.95 Chapitre 3, La grande appropriation et le retour des "communs" P.137 Chapitre 4, Critique de l'économie politique des communs P.189 Chapitre 5, Commun, rente et capital P.232 Deuxième partie, Droit et institution du commun P.233 Chapitre 6, Le droit de propriété et l'inappropriable P.285 Chapitre 7, Droit du commun et "droit commun" P.325 Chapitre 8, Le "droit coutumier de la pauvreté" P.367 Chapitre 9, Le commun des ouvriers : entre coutume et institution P.405 Chapitre 10, La praxis instituante P.458 Troisième partie, Neuf propositions politiques

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.

Koha version 19.05

Icons made by Freepik from www.flaticon.com is licensed by CC BY 3.0

La responsabilité de l'Enssib ne peut en aucune manière être engagée quant au contenu des informations figurant sur les documents hébergés sur son site et dont elle n’est pas l’auteur ou l’éditeur, à l’exclusion de ce qui est prévu par la Loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Sa responsabilité ne peut pas davantage être engagée quant aux conséquences pouvant résulter de l'utilisation ou l'interprétation de l'ensemble des documents figurants sur son site.

Powered by Koha