Enssib  - École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

École Nationale Supérieure
des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

Normal view MARC view ISBD view

Copier et contrefaire à la Renaissance : faux et usage de faux / actes du colloque organisé par R.H.R. et la S.F.D.E.S., 29, 30 et 31 octobre 2009, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne ; sous la direction de Pascale Mounier et de Colette Nativel

Type de document : LivresAuteur secondaire: Duclos-Mounier, Pascale, 1975-...., Direct. Publication ;Nativel, Colette, Direct. Publication Auteur secondaire collectivité: Association Renaissance, humanisme, Réforme, Lyon, ;Société française d'étude du XVIe siècle, Langue: français.Éditeur : Paris : H. Champion, 2014, cop. 2014Description : 1 vol. (491 p.) : ill. ; 2014ISBN: 978-2-7453-2577-8.Collection : Colloques, congrès et conférences sur le XVIe siècle, Texte imprimé, dirigée par Michel Magnien, Paris, H. Champion, 2013-, 2Résumé: "Poser la question de la contrefaçon et des usages de faux à la Renaissance peut sembler incongru, tant l'époque pratique l'imitation en littérature comme en art et prise peu l'originalité. On tente pourtant alors pour la première fois de faire la part du licite et de l'illicite en matière de production manufacturée et de création intellectuelle. Face à la multiplication de pièces de monnaie rognées, de tissus alourdis en eau et, de façon nouvelle, d'oeuvres, de tableaux ou de sculptures attribuées fallacieusement à un auteur ou à un maître prestigieux, de livres publiés sans l'accord d'un précédent imprimeur, des juristes et des hommes de lettres posent les linéaments d'une déontologie de la reproduction. Tous les champs d'exercice de la reproduction sont concernés, y compris ceux qui nécessitent l'identification des personnes : la littérature, les arts, le commerce, la politique, les sciences et la religion. La présente enquête pluridisciplinaire tâche de dessiner la frontière que le XVIe siècle établit entre la copie et la contrefaçon entre l'imitation autorisée et l'imitation frauduleuse en interrogeant les codes juridiques et moraux et les pratiques en vigueur dans chacun de ces domaines." (4e de couv.)Sujet - Nom commun: Faux -- Renaissance Actes de congrès | Contrefaçon, Renaissance, Actes de congrès Voir dans le SUDOC
Item type Current location Collection Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt normal Enssib
Pôle Histoire du livre et des bibliothèques
Papier 002 CEN c (Browse shelf) Available 8440511
Total holds: 0

RHR = Association Renaissance, humanisme, Réforme. SFDES = Société française d'étude du XVIe siècle

Notes bibliogr. Index

"Poser la question de la contrefaçon et des usages de faux à la Renaissance peut sembler incongru, tant l'époque pratique l'imitation en littérature comme en art et prise peu l'originalité. On tente pourtant alors pour la première fois de faire la part du licite et de l'illicite en matière de production manufacturée et de création intellectuelle. Face à la multiplication de pièces de monnaie rognées, de tissus alourdis en eau et, de façon nouvelle, d'oeuvres, de tableaux ou de sculptures attribuées fallacieusement à un auteur ou à un maître prestigieux, de livres publiés sans l'accord d'un précédent imprimeur, des juristes et des hommes de lettres posent les linéaments d'une déontologie de la reproduction. Tous les champs d'exercice de la reproduction sont concernés, y compris ceux qui nécessitent l'identification des personnes : la littérature, les arts, le commerce, la politique, les sciences et la religion. La présente enquête pluridisciplinaire tâche de dessiner la frontière que le XVIe siècle établit entre la copie et la contrefaçon entre l'imitation autorisée et l'imitation frauduleuse en interrogeant les codes juridiques et moraux et les pratiques en vigueur dans chacun de ces domaines." (4e de couv.)

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.

Koha version 19.05

Icons made by Freepik from www.flaticon.com is licensed by CC BY 3.0

La responsabilité de l'Enssib ne peut en aucune manière être engagée quant au contenu des informations figurant sur les documents hébergés sur son site et dont elle n’est pas l’auteur ou l’éditeur, à l’exclusion de ce qui est prévu par la Loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Sa responsabilité ne peut pas davantage être engagée quant aux conséquences pouvant résulter de l'utilisation ou l'interprétation de l'ensemble des documents figurants sur son site.

Powered by Koha